Coup de main aux marais de Robinson et de Saint Outrille

Le rendez-vous était donné à 10 h, sur le parking de l’ancienne piscine de Robinson. 11 jardiniers solidaires, dont 3 nouveaux adhérents, ont entrepris de curer le fossé longeant l’avenue de Robinson à Bourges. Ce fossé, démarrant sur une grande parcelle en friche appartenant à la ville de Bourges, depuis le déversoir de l’Auron, n’avait connu en fait aucun entretien ou curage depuis au moins 10 ans, selon les propriétaires rencontrés.

Armés de pioches et de pelles, nous avons rapidement dû utiliser aussi machettes, serpes et même tronçonneuse, car le fossé était comblé d’humus, de terre, de déchets, de plaques métalliques, d’arbustes et d’arbres. 4 points étaient particulièrement difficiles d’accès, avec des hauteurs de déchets conséquentes et une végétation dense barrant tout passage.

En 2 heures de travail, nous avons redonné forme au fossé, du déversoir jusqu’au tunnel qui passe sous l’avenue de Robinson et rejoint le canal, soit 150 mètres environ. Le curage est à poursuivre, mais le plus difficile a été réalisé : il reste à ôter par endroits, de la terre ou de l’humus et à peaufiner largeur et profondeur pour obtenir un niveau satisfaisant d’écoulement des eaux de pluie et d’excédent de l’Auron et du canal. L’objectif est aussi de limiter ou supprimer les inondations anormales et répétées que nous connaissons depuis les années 2010 et qui détruisent nos cultures, endommagent nos marais et causent l’abandon de nombreux jardiniers, parmi les plus âgés, les plus fragiles et les débutants.

Pour achever ce travail, nous comptons vraiment sur les propriétaires et locataires concernés par ce fossé. Plusieurs étaient absents pour ce coup de main que nous avions demandé et annoncé depuis plusieurs mois. Parmi eux, la ville de Bourges brillait hélas, par son absence, alors que plusieurs marais lui appartiennent, quasiment tous en friche ou non cultivés depuis des années.

L’entretien inexistant et défaillant de l’Auron et du canal à partir du déversoir, nous interroge sur la capacité des décideurs à assumer leurs responsabilités et leurs obligations. Les promesses à vocation écologique nous inondent régulièrement, aussi souvent que les 9 inondations comptabilisées de janvier à mai 2018, sur ces marais de Robinson et de St-Outrille. Quand la ville de Bourges entreprendra t-elle de poursuivre le curage du fossé et de réaliser le nettoyage du canal où la vase et les végétaux accumulés depuis des années, aggravent lourdement le volume des inondations ?

Merci à tous les jardiniers solidaires qui ont débuté ce travail difficile et pénible : Lysiane, Yvonne, Isabelle, Laurette, Gérard, Pierre, Olivier, Jean-Noël, Francis, Christian et Michel.

Michel Besse, président « les jardiniers solidaires »

Crédit photo /Dne/Yo/

A lire dans le Berry Républicain